Témoignages

mep

 MAISON DE L’EAU ET DE LA PECHE

Interview de Sébastien VERSANNE JANODET, directeur de la Maison de l’Eau et de la Pêche (MEP), basée à Neuvic, en Corrèze. L’association emploie 5 salariés dont un ETP animateur pêche, un autre en gestion, et le reste en expertise.

 

La Maison de l’Eau et de la Pêche, créée en 1995, à trois missions :

  • La sensibilisation au milieu aquatique et à la pêche, principalement à destination des enfants/écoles : découverte de la faune et de la flore, le respect de l’environnement, découverte de la pêche.
  • Le développement touristique des territoires (stages initiation et perfectionnement de pêche), public touristique
  • La connaissance des milieux, prestations d’expertise auprès de collectivités, industriels, association, bureaux d’étude… Qui assure en grande partie les revenus de l’association : elle s’autofinance aujourd’hui à 85%.

Quels enjeux vous ont poussé à faire appel au DLA ?

Nous avons eu connaissance du dispositif en 2004, lorsque nous avons été accompagnés pour la première fois. Nous étions dans une situation financière critique : nous avions mal anticipé la fin des emplois jeunes. Mylène VANT (chargée de mission DLA) a réalisé un diagnostic sur notre fonctionnement global. Elle a tout de suite saisi les difficultés que nous rencontrions, elle a maitrisé le potentiel de rattrapage de l’association en répondant efficacement à l’urgence dans laquelle nous nous trouvions.

Quels ont été les accompagnements réalisés et comment se sont-ils déroulés ?

Nous sommes plus ou moins accompagnés par le DLA depuis notre première rencontre en 2004.

Le premier accompagnement a porté sur l’organisation de la structure. Nous avons pris le temps de nous réunir pour passer en revue ses points forts et ses points faibles. Nous nous sommes rendus compte que notre système de comptabilité n’était pas adapté au fonctionnement de l’association qui emploie plusieurs salariés : nous l’avons donc externalisé et nous nous sommes penchés sur l’organisation et la gestion de la structure, sur les rôles des bénévoles, les fiches de postes des salariés, l’articulation globale …

Nous avons ensuite réfléchit avec le Conseil d’Administration aux objectifs annuels et pluriannuels de la MEP : comment intégrer l’activité dans une perspective de développement de la structure, dans son projet associatif. De plus, vu que les subventions fluctuent à la baisse, on a réfléchit aux compromis pour à la fois assurer notre viabilité économique, mais aussi conserver des activités non rentables financièrement, mais qui restent notre cœur de métier et symbolisent notre engagement et nos valeurs.

Nous avons aussi abordé des aspects plus pratiques comme l’élaboration d’un plan de classement des fichiers plus accessible aux nouveaux arrivants, ou encore la planification de nos activités selon les périodes de l’année. En 2007, nous nous sommes penchés sur notre projet de développement : il s’agissait alors de nous projeter sur une période de 3 à 5 ans afin d’anticiper les mutations à venir, notamment la fin des emplois associatifs de 2010.

Parallèlement à ces accompagnements individuels, nous avons mené un travail de fond afin de nous outiller et de maintenir cette dynamique de professionnalisation de la MEP : nous avons assisté à bon nombre de sessions collectives sur des thématiques telles que les documents uniques, l’entretien professionnel…

Que retenez-vous du DLA ?

L’avantage avec le DLA, c’est que ce dispositif s’adapte aux situations urgentes, et sait à la fois laisser du temps aux changements qui s’opèrent. Tous les accompagnements ont apporté leur pierre à l’édifice, ils ont suivi une suite logique : traiter l’urgence, nous transmettre des outils pour enfin nous accompagner à la réflexion sur les perspectives à long terme.

Les retombées sont conséquentes : nous étions prêts à mettre la clef sous la porte, et aujourd’hui, nous avons deux salariés en plus, nous avons augmenté les ressources propres de l’association (nous attendons donc moins d’aides financières des partenaires), nous avons pérennisé nos partenariats…

Quelles sont les perspectives de la Maison de l’Eau et de la Pêche aujourd’hui ?

Nous sommes actuellement accompagnés par Marien BERGUE sur notre projet associatif, sur nos perspectives d’évolution notamment sur le développement du volet « expertise » à l’échelle nationale.


 

oxygeneOXYGÈNE SPORT NATURE

L’association Oxygène Sports Nature, situe à la Lombertie, commune de Voutezac a été créée il y a 38 ans. Première association d’activité de plein air de la Corrèze, elle s’autofinance à hauteur de 80 %, emploie huit salariés permanents, gère cinq sites d’activités et deux structures d’hébergement. Oxygène Sport Nature a été fortement impliquée dans la création du réseau Sport Nature et dans l’implantation en Corrèze du premier site d’accrobranche et de via ferrata.

 

Ouverte toute l’année, l’association propose diverses activités : les sports de pleine nature (activité nautique en rivière, accrobranche, escalade, Via ferrata, VTT, course d’orientation …), l’accueil de groupe en hébergement, les centres de vacances…)

Elle diversifie encore son champ d’action aujourd’hui avec la création d’un Chantier d’Insertion au sein de ses activités d’hébergement et de restauration collectifs, et développe une activité traiteur en direction des associations et collectivités locales.

 

En 2008, l’association connait une situation économique très tendue et fait appel au DLA. L’accompagnement a dans un premier temps porté sur notre modèle économique, puis un diagnostic financier a été réalisé, nous permettant de voir quelles étaient nos perspectives à plus ou moins long terme : si nous ne trouvions pas d’activité complémentaire, nous ne tiendrions pas longtemps. Au fil de nos recherches et de nos discussions avec Mylène VANT (chargée de mission du DLA Corrèze), d’un diagnostic de territoire et de notre projet social, nous avons entrevu la possibilité de créer un Chantier d’Insertion sur l’hébergement et la restauration collective à Oxygène Sport Nature.

 

Trois ans après le début de notre accompagnement le projet est en phase de démarrage et le chantier d’insertion Oxygène Solid’Air accueillera ses premiers salariés au premier semestre 2014. Toute l’équipe de l’association à retrouver un second souffle (malgré des préoccupations financières omniprésentes).

 

Aujourd’hui nous sommes toujours accompagnés par le DLA car les problèmes des associations de se résolvent pas en un jour. Nous participons activement à tous les accompagnements collectifs ou semi-collectifs proposés par le DLA. De notre point de vue ces collectifs représentent de réels apports de compétences qui peuvent nous faire défaut au sein de nos structures et permettent une réelle professionnalisation du fonctionnement d’une association.

 

Ces collectifs sont également un excellent moyen de rencontrer d’autres structures, des intervenants et d’améliorer ainsi la qualité de notre réseau.

Print Friendly, PDF & Email